Accueil | Nous contacter | 
Accueil
Associatif
Culture
Diasporama
Diplomatie
Divers
Enseignement-Recherche
Médias
Militaire
Professions libéral
Accueil > Divers > Prix Macky Sall pour le dialogue en Afrique : Le Moog-naaba Bãoogo le dédie (...)

Prix Macky Sall pour le dialogue en Afrique : Le Moog-naaba Bãoogo le dédie au peuple burkinabè

LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé

vendredi 22 décembre 2017

Le Moog-naaba Bãoogo a reçu le Prix « Macky Sall pour le dialogue en Afrique », ce jeudi 21 décembre 2017 à Ouagadougou, en présence du ministre des Affaires étrangères, Alpha Barry et de son homologue sénégalais, Sidiki Kaba.

Décerné par le Centre indépendant de recherches et d’initiatives pour le dialogue (CIRID), le Prix « Macky Sall pour le dialogue en Afrique » vise à honorer et encourager toute initiative de dialogue politique et social en Afrique en particulier dans le domaine pivot de la consolidation de la paix et de la cohésion nationale. Pour sa première édition, les initiateurs ont porté leur choix sur le Moog-naaba Bãoogo, l’une des personnalités les plus consultées et sollicitées au Burkina surtout lors des précédentes crises qui ont presque fait chavirer le navire burkinabè en 2014 et 2015. Son prix lui a été remis, ce jeudi 21 décembre, en présence de ses pairs, et de leurs représentants, et des ministres des Affaires étrangères du Burkina et du Sénégal.

Une fierté pour le Burkina

Pour Alpha Barry, c’est une fierté de voir l’un de ces personnages historiques dont la renommée dépasse les frontières du Burkina recevoir un si prestigieux prix et il reste convaincu que ce prix permettra de maintenir la paix en Afrique.

« Vous méritez votre prix, vous êtes un rassembleur, un unificateur, un pacifiste. Vous êtes respecté des Burkinabè, vous êtes admirés au Sénégal, au-delà des frontières africaines. Vous êtes un pôle fédérateur. Votre contribution exceptionnelle à la résolution de la dernière crise, celle de 2014, a amené votre pays à éviter une guerre civile qui se profilait à l’horizon. Tous les protagonistes vous ont fait confiance », a rappelé Sidiki Kaba, ministre des Affaires étrangères du Sénégal, sous les ovations bien nourries de l’assistance. S’adressant aux responsables du Centre indépendant de recherches et d’initiatives pour le Dialogue, il les a félicités pour ce choix lumineux qui honore une « grande figure » de l’Histoire du Burkina et de l’Afrique.

Le baobab aux sept branches

En recevant son prix des mains du Fondateur du CIRID, Déo Hakizimana, et des deux ministres, le Moog-naaba Bãoogo, par la voix du Laarl-naaba Tigré, l’a dédié au peuple burkinabè, « ce peuple courageux et travailleur qui va à la modernité et au progrès sans oublier sa culture et sa tradition ». Le prix est composé d’une attestation, d’une médaille, d’un chèque de 50 000 euros (soit près de 33 millions de francs CFA) et d’un trophée. Créé par l’artiste plasticien Kalidou Kassé, le trophée est fait de bronze, de cuivre, d’argent et d’or. Il représente un baobab à sept branches qui symbolise l’arbre à palabre. « Les sept branches rappellent les rayons du soleil et les sept jours de la semaine. Cela veut dire que la paix doit se faire tous les jours », explique l’artiste.

« Le peuple l’a écouté »

« Si vous êtes assis et qu’on ne vous voit pas, même si vous vous mettez debout, on ne vous verra pas. On n’a pas besoin de s’exciter mais de travailler et la nation et d’autres nations reconnaitront vos mérites. Sa Majesté a dédié ce prix au peuple burkinabè parce qu’il l’a écouté et a eu confiance avec lui. Le Mogho Naaba n’est pas sorti avec un fusil encore moins une cravache pour dire à ses administrés d’écouter son souhait de médiation, de dialogue », a expliqué le Laarl-naaba Tigré.

« L’Afrique a besoin de réconciliation »

« Dialoguer, ce n’est pas se renier, ce n’est pas se compromettre, ce n’est pas abandonner ses convictions. Dialoguer, c’est gérer de manière apaisée les antagonistes car comme disait Martin Luther King ‘’Si nous refusons de vivre comme des frères, nous allons mourir comme des idiots’’ », a souligné El Hadj Malick Mbaye, représentant du CIRID en Afrique de l’Ouest et du Centre. Pour lui, l’Afrique a besoin d’apaisement, de réconciliation, de rassemblement quel que soit l’âge, la tradition, où le lieu de résidence de ses hommes et femmes.

Macky Sall comme parrain, « un choix éclairé »

« Le dialogue est l’arme des grands hommes », croit dur comme fer le président Macky Sall. Pour le fondateur du CIRID, Déo Hakizimana, l’homme est connu pour ses nombreuses initiatives de dialogue notamment lors du coup d’Etat de septembre 2017 au Burkina Faso et plus proche de nous, dans la crise gambienne. L’institutionnalisation d’une Journée nationale du dialogue au Sénégal, au mois de mai, par le président Sénégalais, a été également un argument de plus pour les premiers responsables de choisir Macky Sall comme parrain de ce prix. Ce choix, s’est réjoui une fois de plus le chef de la diplomatie sénégalaise, est « judicieux éclairé et pertinent ».

Notons qu’au cours de la cérémonie, la cantatrice Bibata Nana a fait bouger de leur siège, des chefs coutumiers et qui ne se sont pas fait prier pour faire parler les bourses. Les autres convives ont également suivi le rythme. Ces derniers se sont quittés après la remise de cadeaux et les félicitations au lauréat, soldat de la paix.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Copyright © 2010-2012 Fasorama.bf by lefaso.net - Tous droits réservés | Design by NTS-Solution | Se connecter | Plan du site | RSS 2.0